Facebook

Vincent Snoeck passe le flambeau à Nino Peeters, le nouveau Président du CAWaB

Vincent Snoeck, Président du CAWaB durant de longues années, quitte son poste de Président pour devenir Trésorier de l’association. Il passe le flambeau à Nino Peeters, également Président de l’association Passe le Message à Ton Voisin. Afin de remercier chaleureusement le travail effectué par Vincent Snoeck mais également pour saluer la désignation de Nino Peeters, une interview leur est consacrée.

Vincent Snoeck, Directeur d’Atingo et ancien Président du CAWaB

Quel est votre parcours ?
Je suis instituteur primaire de formation. J’ai enseigné quelques années mais ai dû interrompre ma carrière car j’ai perdu la vue.
Je me suis alors tourné vers la communication et la sensibilisation au handicap, notamment pour l’école de chiens guides Entrevues dont j’ai été Président pendant plusieurs années. Par la suite, j’ai été engagé par l’asbl La Lumière, l’Œuvre Royale pour Aveugles et Malvoyants, où j’étais en charge de la sensibilisation et des formations à l’accueil des personnes déficientes visuelles.
Enfin, j’ai rejoint l’asbl GAMAH – Atingo actuellement – début des années 2000, pour finalement occuper, en 2004, le poste de directeur de l’association, au départ militante, mais qui est devenue par la suite, un bureau expert en consultance et formation dans le domaine de l’accessibilité.

Vous étiez là depuis le début du projet CAWaB : comment est née l’idée de créer un tel collectif ?
L’évènement qui a vraiment lancé la création du CAWaB est la réforme du RRU – Règlement Régional d’Urbanisme bruxellois – en 2006. L’ASPH, l’Association Socialiste de la Personne Handicapée, avait été chargée de proposer des amendements au texte, opportunité qu’elle a saisi pour solliciter l’aide de différentes associations du secteur et ainsi remettre un travail commun.
Par la suite, différents ministères et administrations wallonnes ont demandé que les associations du secteur se rassemblent et parlent d’une même voix. Ils voulaient apporter du soutien à un seul acteur, le CAWaB.
Les premiers travaux effectués par le CAWaB, fraîchement créé, ont été l’élaboration d’un référentiel commun à l’accessibilité, qui a donné naissance à la certification Access-i, en 2010, et à la rédaction du "guide d’aide à la conception d’un bâtiment accessible".

Quelles évolutions avez-vous pu constater au sein du CAWaB entre le moment de sa création en 2006 et depuis qu’elle s’est constituée en asbl en 2016 ?

Entre 2006 et 2016, les associations mettaient l’énergie et l’implication qu’elles pouvaient y placer, sur base volontaire.
Selon moi, le véritable tournant qu’a pris le CAWaB s’est déroulé en 2014, l’année des élections régionales et fédérales. Nous avons profité de cette année pour rédiger un mémorandum, avec un projet clair qui s’intitulait « 2025 accessible ».
Une fois les élections passées, les partis de la majorité ont écrit une Déclaration de politique, en incluant un plan d’accessibilité et surtout, qui faisait référence au CAWaB et à Access-i. A partir de ce moment-là, le CAWaB était devenu un acteur incontournable pour les gouvernements : nous étions sollicités par les pouvoirs publics pour notre expertise et nos avis.
Et pourtant, cela n’a pas été évident de structurer un tel collectif et surtout, de rassembler, de façon efficace, les efforts des différentes associations qui le composaient, mais nous y sommes parvenus. Cet objectif illustre la particularité de ce collectif, qui porte la voix de 21 associations : si vous avez une validation du CAWaB, vous êtes certain que l’ensemble du secteur vous suit.

Vous avez été coordinateur de commission et Président du CAWaB pendant de longues années. Vous restez pourtant actif au sein du CAWaB puisque maintenant, vous occupez le poste de Trésorier. Pourquoi avoir voulu changer de poste au sein du Conseil d’Administration ?
Être président du CAWaB impliquait beaucoup de travail, en plus de ma fonction de directeur d’Atingo. Il était temps que je laisse la place aux autres, car quand on est trop présent au sein d’une association, il arrive qu’on ne prenne plus assez de recul. Ma nouvelle fonction de Trésorier me convient très bien, je le suis d’ailleurs dans d’autres associations, et je reste Administrateur, ce qui me permet de continuer à apporter une aide utile au CAWaB. Je souhaite un grand succès à Nino Peeters, le nouveau Président ainsi qu’à Mathieu Angelo, le directeur, Maia et Marilou, ses efficaces bras droits !

Nino Peeters, le nouveau président du CAWaB

Quel est votre parcours ?
Je viens du secteur de l’aéronautique. Après avoir étudié à l’ERM (Ecole Royale Militaire) en 2004, j’ai fait 4 ans à la Force Aérienne. En 2011, après avoir achevé une reconversion de pilote de ligne, j’ai malheureusement été victime d’un accident qui m’a rendu paraplégique. C’est en me déplaçant en chaise roulante que j’ai vraiment découvert ce qu’était l’(in)accessibilité.

Pour quelle(s) raison(s) et quand avez-vous intégré le CAWaB ?
J’ai donc décidé de m’investir pour plus d’inclusion. Je voulais que mon combat personnel serve aux autres. Afin de mieux servir la cause, je décide de suivre les formations de conseiller en accessibilité, conseiller en mobilité et enfin manager piéton.
En 2011, avec mes Administrateurs, on crée l’asbl « Passe le Message à ton Voisin » dont je deviens le Président. On a l’impression que trop peu est fait pour accessibiliser les bâtiments, les voiries, les transports et tout ce qui permet une vie en autonomie. Très vite, l’asbl siège dans plusieurs conseils et commissions. Il y a tellement à faire ! J’ai l’occasion de rencontrer d’autres associations dont certaines font partie d’un collectif, le CAWaB. C’est en toute logique que nous proposons notre candidature afin d’unir nos forces pour une cause commune. Nous rejoignons le collectif en 2013 et faisons partie des membres fondateurs lorsque le CAWaB s’est officiellement constitué en tant qu’asbl en 2016.

Selon vous, y a-t-il eu des évolutions depuis la création en asbl du CAWaB en 2016 et maintenant ? Si oui, lesquelles ?

Le passage du CAWaB en asbl a permis plus de reconnaissance de la part de nos interlocuteurs et une plus grande visibilité du travail effectué par ses membres. Nous sommes reconnus et de plus en plus consultés. C’est aussi grâce à la constitution officielle du CAWAB en asbl, que nous avons pu engager une équipe de permanents qui permet de soutenir le travail de tous ses membres.

Pourquoi avoir postulé pour la présidence du CAWaB ?
Cette année, des élections ont eu lieu afin d’élire un nouveau Président. Soutenu par plusieurs personnes, j’ai postulé. L’accessibilisation de notre société est un énorme chantier auquel beaucoup de monde a travaillé et travaille encore. J’espère pouvoir y contribuer en ajoutant ma pierre à l’édifice. Bien sûr, la présidence d’un si grand collectif soulève plusieurs défis et je compte les relever. Heureusement, je ne suis pas seul et je compte bien y travailler en collectivité avec l’aide des membres et de l’équipe du CAWaB.

Quelles perspectives d’avenir voyez-vous pour le CAWaB ?
L’avenir du CAWaB a encore de beaux jours devant lui. Nous sommes à un moment charnière où l’accessibilité est de plus en plus prise en compte. Par contre, il faut s’assurer qu’elle soit correctement implémentée dans tous les projets et rentabiliser les efforts et la bonne volonté de chacun. Nous devons encore continuer de sensibiliser, de militer et de travailler pour une société accessible à tous. Nous devons aussi continuer de fédérer les associations du secteur afin de parler d’une même voix en matière d’accessibilité. Le CAWaB va certainement continuer à se développer. Tout en continuant la consultation et la collaboration avec tous nos membres, nous poursuivrons tous ensemble ce travail de mise en accessibilité pour tous.

Crédit photos : CAWaB

Partager cet article sur : Twitter Facebook