Facebook

Quels engagements prendra la Belgique lors de la transposition de la Directive Accessibilité Numérique en Belgique

Ce jeudi 17 mai était la 7ème journée mondiale de la sensibilisation à l’accessibilité numérique (Global Accessibility Awareness Day - GAAD) l’occasion de faire le point sur la transposition obligatoire par la Belgique et ses régions de la Directive Européenne relative à l’accessibilité des sites internet et des applications mobiles.

De plus en plus, les informations sont diffusées par canal numérique exclusivement. Pour certains, l’accès à ces canaux de communication est plus compliqué par l’âge ou le handicap. Les difficultés rencontrées sur internet et smartphones sont multiples et variées :
-  Les personnes malvoyantes ou aveugles ne peuvent lire les contenus que s’ils sont bien contrastés et organisés de manière à pouvoir utiliser leurs outils appelés « aides techniques » (synthèse vocale ou agrandisseurs) ;
-  Les personnes en situation de handicap intellectuel ont besoin de contenus clairs, visuels, et simplifiés. On utilise pour elles des pictos clairs et le langage Facile A Lire et à Comprendre (FALC).
-  Les personnes malentendantes ou sourdes n’ont accès aux bandes sonores que si elles sont sous-titrées ou traduites en langue des signes ;
-  Pour les personnes qui ont des difficultés de préhension ou qui n’ont pas l’usage de leurs membres supérieurs, les sites/apps doivent être conçus de manière à pouvoir naviguer uniquement à l’aide du clavier, …

Une directive Européenne imposera aux services publics de rendre leurs sites internet accessibles à partir de 2019.

L’Union européenne a adopté une directive en 2016 qui invite les Etats Membres à imposer l’accessibilité numérique à tous les sites internet et applications des organismes du secteur public. Cette décision apportera une réponse aux personnes en situation de handicap, qui sont bien souvent confrontées à une information numérique illisible. L’accessibilité des sites et application leur permettra désormais une meilleure inclusion et un accès facilité aux services publics.

La Directive est un premier pas, mais les états membres peuvent aller au-delà des exigences prévues, en imposant de traduire les communications en Facile à Lire ou en langue des signes par exemple, ce qui est présenté comme une « option facultative » laissée aux Etats Membres par l’UE. L’information étant d’une importance capitale pour tous les citoyens, ces « options » constitueraient une aide capitale pour l’accès à l’information pour les personnes concernées.
Les Etats Membres peuvent également ouvrir le champ d’application en invitant les entreprises privées à rendre leurs sites accessibles, nous pensons ici aux entreprises de services d’utilité publique tels que l’énergie, les télécoms, les transports, les banques, services postaux …

Les Régions et l’Etat belge ont jusqu’au 23 septembre 2018 pour transposer la directive

A ce jour la directive n’est pas encore transposée en droit belge, et les différents gouvernements (qui devront également définir le mécanisme de signalement et de contrôle) ont encore le choix de prendre en compte les besoins du plus grand nombre, car ce qui est indispensable pour les uns rendra la navigation confortable et facilitée pour tous !
Ce 22 mai, le CAWaB a écrit aux ministres responsables de la transposition de cette directive afin d’avoir un retour sur leurs intentions et engagements dans le cadre de cette législation à mettre en place dans les prochains mois.

Partager cet article sur : Twitter Facebook