Facebook

Les aménagements provisoires post-Covid

Le 18 mars, la Belgique a entamé son premier jour de confinement pour limiter la propagation de la pandémie du Covid-19. Alors que le confinement aura permis aux piétons de reprendre pleinement - ou presque - possession des trottoirs, notamment grâce à la réduction de la présence d’engins de mobilité partagés, les mesures de déconfinement peuvent, quant à elles, bouleverser les repères et habitudes de toute une frange de la population.

Dans cet article, le CAWaB dresse les points d’attention pour la mise en place d’aménagements provisoires sur les terrasses de cafés, bars et restaurants, dans les zones de rencontre et dans les transports publics, afin de ne pas mettre à mal l’autonomie et la sécurité de tous.

Extensions des terrasses des cafés, bars et restaurants

L’HORECA, l’un des secteurs les plus impactés par cette pandémie, a rouvert ses établissements le 8 juin dernier. Afin de permettre à la clientèle de respecter la distanciation sociale, les établissements de l’HORECA peuvent provisoirement étendre leurs terrasses.

Pour garantir l’accessibilité des trottoirs, il est important que ces extensions de terrasses permettent un libre passage et sans obstacles de 2 mètres. Ce cheminement est idéalement situé le long des façades pour permettre à tous de circuler en sécurité.

Pour y parvenir, il est possible de privilégier la transformation des zones de stationnement ou de voie de circulation automobile, en portant toujours une attention particulière au maintien du stationnement réservé aux personnes en situation de handicap.
Le Cerema, le Centre d’études français et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement a par ailleurs rédigé un guide pour les aménagements provisoires pour les piétons.

Source : Cerema

La Région bruxelloise propose un point consacré à l’aménagement des terrasses (page 76) dans le Cahier de l’accessibilité piétonne , rassemblant une série de directives pour l’aménagement de l’espace public accessible à tous.

L’espace public et voiries

A mesure que les phases de déconfinement se sont succédées, de nombreuses rues ont été transformées en zones de rencontres. Pour rappel, ce sont des zones limitées à 20km/h où peuvent circuler librement les piétons sur toute la largeur de la voie publique et sur laquelle ils cohabitent avec les cyclistes et les voitures.

Alors que ces zones octroient la priorité aux piétons, en pratique, ce n’est pas toujours aussi sécurisé et sécurisant pour ces derniers. En effet, les personnes déficientes visuelles, les parents avec une poussette, les personnes se déplaçant en fauteuil roulant, les personnes âgées, … ne pourront pas toujours s’y orienter ni regagner le trottoir avec aisance. Il est dès lors indispensable de maintenir en permanence les trottoirs et cheminements piétons habituels libres de tout obstacle.
Par ailleurs, aux endroits où se forment des files sur des trottoirs étroits (devant les commerces, devant les écoles, ...), il est possible de supprimer du stationnement automobile pour permettre l’organisation de ces files, en portant une attention particulière, comme de coutume, aux places de stationnement réservées aux personnes en situation de handicap.

Transports publics

Les transports publics également se sont vus quelque peu perturbés pendant le confinement : de nouveaux aménagements ont vu le jour dans les transports en commun bruxellois et wallons, telle que l’obligation d’embarquer par la porte arrière ou de respecter la distanciation sociale à l’intérieur du véhicule, mesures qui ont considérablement désorienté les personnes déficientes visuelles.

Dans les trains, la SNCB a interrompu son service d’assistance pendant plusieurs semaines. Malgré l’aspect exceptionnel des mesures qui ont été prises durant cette situation d’urgence, il est essentiel que le service d’assistance soit maintenu dès lors que les trains continuent de rouler au service des clients valides. Ce cas de figure démontre encore une fois toute l’importance et la nécessité d’offrir une accessibilité en autonomie aux trains à tous les usagers.

A l’initiative du CAWaB, la section PMR de la Commission Régionale bruxelloise de la Mobilité a émis des recommandations à destination de la Ministre de la Mobilité.

Ces différents constats ont été envoyés par courrier aux Collèges communaux bruxellois et wallons, aux Ministres de la Mobilité bruxellois et wallon ainsi qu’à la Directrice de la SNCB.

Le CAWaB a également rappelé qu’il est à présent indispensable d’intégrer les représentants des personnes à mobilité réduite dans l’évaluation des mesures COVID, provisoires pour certaines, durables pour d’autres, afin d’évaluer l’impact de ces mesures sur l’accessibilité.

D’autres recommandations pour les mesures du déconfinement

Crédit photo : Shutterstock

Partager cet article sur : Twitter Facebook